Les noirs et la culture Fily-Dabo Sissoko

  • Les noirs et la culture fily-dabo sissoko
  • Les noirs et la culture fily-dabo sissoko
  • Les noirs et la culture fily-dabo sissoko
59,00 € Ajouter au panier
Ref: DSGR46546377 Marque: Afrique
Couleur: Taille:
Description:

Les noirs et la culture(Introduction au problème de l'évolution culturelle des peuples africains)

Auteur:Fily-Dabo Sissoko (1897-1964)

Ouvrage avec une dédicace de l'auteur datée de janvier 1951.

Date de l'édition:1950

Imprimé à New York,U.S.A

Nombre de pages:71

Etat du livre:Couverture jaunie par endroit, mais bel exemplaire

Une note de l'auteur datée du 21 novembre 1950.

Livraison gratuite sur Paris

Biographie de l'auteur

Fily Dabo Sissoko est un écrivain et homme politique malien, né le 15 mai 1900 à Horokoto (Soudan français, actuel Mali, dans le Cercle de Bafoulabé) et décédé le 30 juin 1964 dans un bagne à Kidal.

D'origine malinké, il fait ses études primaires à Bafoulabé, puis s’inscrit à l’École normale William Ponty de Gorée (Sénégal). Il enseigne à l’école régionale de Bafoulabé avant de devenir en 1933 chef de canton de Niambia, succédant à son père. Il participe aux activités liées au Front populaire et à la Résistance. En 1945, il est élu député du Soudan français à l’Assemblée constituante française ainsi qu’en 1946, puis à l’Assemblée nationale française en 1946, 1951 et 1956. Il devient sous-secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce du gouvernement Robert Schuman (du 5 au 11 novembre 1948). Il est à la tête du Parti progressiste soudanais (PSP), parti politique conservateur, ayant le soutien des chefs traditionnels et des colonisateurs. En 1957, lors des élections cantonales, le PSP est battu pour l’Union soudanaise Rassemblement démocratique africain (US/RDA) de Modibo Keïta. Alors que les partis fusionnent en 1959, Fily Dabo Sissoko s’oppose à l’option socialiste prônée par Modibo Keïta. Celui-ci, devenu président du Mali indépendant, le fait emprisonner en 1962 parce qu’il s’oppose à la création du franc malien. Condamné à mort pour tentative de déstabilisation de l’État, il voit sa peine commuée en prison à perpétuité. Il purge sa peine dans un bagne près de Kidal où il meurt dans des conditions mystérieuses en 1964. Parallèlement à sa carrière politique, il est écrivain et publie de nombreux poèmes, des nouvelles et des essais, s’attachant à la défense de l’identité culturelle malienne. Il participe à la réhabilitation de la tradition orale. Il était membre de la franc-maçonnerie.

 

conditions générales de vente
Copyright 2012-2020 © Bourbon 1860 - Tous droits réservés. Design & Développement par MIDJ DEAL